jeudi 24 avril 2014

Parents bienveillants #1: S'exprimer sans violence ni agressivité

Pour aborder ce premier thème, j'ai décidé de vous parler essentiellement de notre propre expérience. Depuis la naissance de notre premier Loulou, on a instinctivement fait le choix d'une éducation non violente. Nous souhaitons que nos enfants grandissent dans le respect de l'autre avant tout, plutôt que dans la peur et la crainte de l'adulte. 

Mais, en toute honnêteté, on est bien loin de ne pas crier au quotidien. Mes proches ne pourront pas me contre-dire, je n'ai jamais été aussi patiente et à l'écoute que depuis que je suis Maman. Mais comme chaque être humain, j'ai des limites.

Un des premier bouquin que j'ai lu au sujet de l'éducation non violente est "Parents efficaces" de Gordon. Et dès le deuxième chapitre, l'auteur nous dit que:

" Les parents sont des personnes et non des dieux "

L'auteur parle de "degrés d'acceptation et de non-acceptation". Ces derniers évoluent en fonction de l'enfant et du parent. Il y a parfois des choses qu'on accepte à un moment donné et pas à un autres. Quand nous sommes fatigués, stressés, contrariés... On n'accepte parfois beaucoup moins de choses que lorsque nous sommes zen et détendus. 

On a 2 enfants, on travaille tous les 2, on fait du sport, on a une vie familiale et sociale plutôt riche... Les grasses mat' se comptent sur les doigts d'une main depuis bientôt 4ans... Alors on est souvent fatigués, stressés, et à fleur de peau...

Alors on crie (un peu trop souvent à notre gout).

Pour tenter de remédier à ca, mon chéri a mis en place un système de smileys aimantés sur notre frigo. Quand on est à cran, qu'on est plus disposés à s'occuper de lui, qu'on a besoin d'un peu de tranquillité pour souffler... On met le bonhomme rouge. 

Quand on est de nouveau disponible le bonhomme souriant réapparait. 

Raphaël a rapidement compris le principe et l'idée que ses parents avaient des limites a peu à peu germer dans sa tête.

Progressivement il l'a adopté pour lui aussi, et quand il était "en colère" contre nous, qu'il voulait être tranquille... Il nous le faisait comprendre.


On s'est servi quelques temps de ces petits smileys. Ils sont encore sur notre frigo mais ne bougent plus depuis un bon moment maintenant. 


Il y a aussi des petites "astuces" qu'on a mises en place au fur et à mesure de notre expérience dans la parentalité:

- Quand Raphaël touche à tout alors que je suis en train de cuisiner par exemple. J'ai remplacé les "Ne touches pas à ca!" par "Peux-tu m'aider à faire ceci ou cela s'il te plait?". Il est occupé, se sent utile et pendant ce temps il ne touche pas à tout.

- Quand Raphaël ne fait pas ce qu'on lui demande. On a remplacé les "Vas aux toilettes puis te brosser les dents!" par "Tu veux commencer par te brosser les dents ou aller aux toilettes?". Il a le choix et se braque beaucoup moins.

Pour conclure, je dirai que parfois il faut savoir prendre du recul, lacher-prise. Isabelle Filliozat dans son livre "Au cœur des émotions de l'enfant" nous conseille de se poser la question

"Qu'est ce qui est le plus précieux pour moi?

avant d'intervenir: L'amour et la confiance de son enfant? Ou la propreté de son appartement?

Je vous laisse découvrir un extrait de son livre ici

A très vite pour un second billet


Si ce sujet vous intéresse, venez lire les billets des 3 autres mamans qui participent au projet:


Je vous redonne aussi le lien du groupe Facebook:

Parents Bienveillants 

(Tous les articles au sujet de la bienveillance sont regroupés. Vous pouvez les retrouver en cliquant sur l'onglet "Bienveillance" dans la bannière en haut du blog). 

6 commentaires:

  1. Je connaissais ce système de smileys, mais plus pour faire comprendre ses émotions, c'est pas bête le fait de faire cela sur le frigo avec un content et un non content!
    Je garde l'idée en tête pour Lana quand ce sera le moment :)

    RépondreSupprimer
  2. Ah les petits bonhommes c'est top ! J'avais vu sur un site une affiche d'échelle de la colère avec la colère qui monte et qui arrive dans le rouge, ça me fait penser à ça et je pense qu'il est important pour l'enfant de pouvoir visualiser les choses :-)
    J'aime beaucoup cette question "qu'est-ce-qui est le plus précieux pour moi" ça remet tellement de choses à leur place je trouve :-)

    RépondreSupprimer
  3. Pas bête cette idée de Smiley !! Merci pour ce billet !
    (Je suis dans le groupe aussi, mais je commenterais plus souvent vos articles avec mon nom de blog)

    Hâte de lire le prochain article !
    A bientôt ^^

    RépondreSupprimer
  4. Quelle chouette idée les smileys je vais en parler avec mon homme. C'est une vrai bonne idée!
    Merci pour ton experience et tes references ma jolie Perinne!

    RépondreSupprimer
  5. alors j'avoue que j'apprécie que tu ai mis le livre de filiozat en partage je lis le passage
    qu'est-ce qui est le plus précieux pour moi et ça me motive à l'acheter

    Pour les smiley, et les tournures de phrases pour que nos enfants se sentent mieux c'est super

    RépondreSupprimer

Petits commentaires